Accueil / Pour notre bien-être... / 12 conseils pour bien vivre la saison d’automne
bien vivre l'automne
bien vivre l'automne

12 conseils pour bien vivre la saison d’automne

L’automne est à peine là et pourtant, les jours se font déjà très courts, la luminosité plus faible. Et si le stress de la rentrée s’apaise, la routine et la fatigue, elles, prennent souvent le relais. Le réflexe pour la plupart d’entre nous ? Se projeter dans le futur, prévoir les prochaines vacances, penser sans relâche au printemps, les yeux rivés au calendrier. Un remède efficace, peut-être, mais avant tout risqué : pourquoi gâcher ainsi la moitié de l’année à attendre le redoux ?

Pourtant, l’automne est une très belle saison avec ses tapis de feuilles rouges et jaunes, nous faisant apprécier d’autant plus la présence du soleil avant l’hiver. C’est le moment de ressortir nos couettes douillettes, nos pulls et nos grosses chaussettes. près l’été passé largement à l’extérieur, l’automne est le moment idéal pour prendre soin de soi, pensez à son intérieur et préparer en toutes sérénité un bel hiver à cocooner au coin du feu avec de bonnes tisanes.

Comme chaque saison, l’automne comporte d’innombrables avantages et quelques « pièges » disséminés ci et là, que nous allons apprendre ensemble à comprendre et à éviter.

Votre énergie baisse : Ne vous frustrez-pas, choyez-là

Durant cette période, notre énergie baisse progressivement voire parfois drastiquement. On se retrouve à rêver de siestes, à bailler à des heures inattendues, à se sentir plus engourdi au réveil et à désirer bien plus de repos et de sommeil. Et souvent, on a tendance à se demander qu’est-ce qu’on couve, à accuser le coup d’une grosse fatigue, à s’en vouloir ou à culpabiliser. Pourtant, cette baisse d’énergie est normale et salutaire. Prenez le temps de la prendre en considération, de vous emmitoufler, de dormir plus dès que le besoin se fait ressentir et de vous poser tout simplement. La baisse d’énergie se stabilisera bien plus rapidement et vous vous reconnaîtrez davantage. Plutôt que d’essayer d’ignorer vos niveaux d’énergie en courant après les soirées et vos activités estivales, et se retrouver complètement fatigué et malade à l’arrivée de l’hiver.

Restez donc à l’écoute de votre corps, vous remarquerez s’il vous oriente naturellement vers plus de temps de récupération et de repos. Votre corps ne vit pas déconnecté des autres et de son environnement, dans une bulle artificielle hors du temps 🙂 Il sent, observe et change avec l’automne.

Ancrez-vous

En Ayurveda, la médecine indienne holistique et 100% naturelle, l’automne est la saison de Vata. Vata étant caractérisé par les sensations aériennes, de froideur, de sécheresse et d’anxiété. Ce sont donc ces caractéristiques qui seront amplifiées pendant l’automne. Une image pour illustrer Vata et son impact sur notre corps et notre esprit : de la même façon qu’une feuille sèche se détache d’un arbre en automne, se retrouve emportée à droite et à gauche par le vent, virevolte dans les airs, nous pouvons nous sentir (le corps comme l’esprit) à la dérive, flottant dans les airs, sans réelle connexion aux personnes qui nous entourent, aux idées ou aux activités en cours. Bref, sans se sentir solidement ancrés. Ces sensations peuvent être déconcertantes et troublantes, désagréables et à tendance dépressive. Bref, une pente sur laquelle nous n’avons pas envie de nous engager et qui pourtant peut nous happer encore plus facilement en automne.

Quel que soit le sport ou l’activité physique que vous pratiquez (yoga, marche, course, tennis, etc.) profitez de cette activité pour explorer comment on peut ressentir de la légèreté sans pour autant se sentir dépossédé ou désincarné. Pendant que vous marchez ou courez, prenez le temps de sentir vos pieds par terre, votre ancrage au sol, comme si vos racines étaient solidement ancrées au sol alors que votre corps ou votre esprit dansent au rythme de la musique, du paysage, de vos idées pendant que vous bougez. Avoir une base solide tout en ayant la tête dans les étoiles, c’est possible ! Mais pour cela, et surtout en automne, revenez aussi souvent que possible à vos pieds, à votre ancrage, à ce qui fait de vous quelqu’un de solide, de résilient et de cohérent. Revenez à votre vérité et à votre force, puis laissez votre créativité, imagination ou humeur faire des folies 🙂

Autorisez-vous des plaisirs

Au contraire, il faudrait éviter d’entrer dans une hibernation des plaisirs, conseille la psychothérapeute Bénédicte Lounis. Ne pas s’enfermer seul chez soi en attendant le retour des beaux jours. Car l’automne est riche de ces petits plaisirs du quotidien qui font le sel de chaque saison, pour peu que l’on se donne la peine d’y goûter. Et surtout, comme l’explique la psychothérapeute, que l’on s’y autorise : Cela implique d’aller à contre-courant du message que nous envoie la société et qui se résume plutôt à : l’été est terminé, vous devez concentrer maintenant toute votre énergie sur votre travail. Effectivement, alors que l’on s’autorise volontiers à être plus léger en été, passé le cap de la rentrée, la tâche s’annonce tout de suite moins aisée.

Flattez vos papilles

L’automne est la saison des récoltes, celle où l’on goûte enfin les fruits arrivés à maturité. Vendanges et céréales, noix et châtaignes, sans oublier tous ces fruits de saison que l’on a si longtemps attendus. Figues, poires, mirabelles… Il est encore temps de régaler nos papilles. D’ailleurs depuis combien de temps n’avons-nous pas pris le temps de les déguster, de les cuisiner et de les apprécier vraiment, comme on le fait volontiers avec les fraises au printemps ?

Mieux encore, pourquoi ne pas les partager davantage avec nos proches, pour lutter contre la morosité ambiante ? L’automne est aussi la saison où l’on aime se rassembler en famille autour d’un bon repas ou entre amis pour partager un chocolat chaud après une sortie, rappelle Bénédicte Lounis. Autant d’occasions de nous convaincre que même si le manque de luminosité nous pèse, cette saison n’est pas nécessairement triste.

Mangez des légumes et des fruits de saison

Mangez des fruits et des légumes de saison vous assure un budget économique, des plats plus nourrissants et définitivement des repas plus goûteux. Tous les choux sont à l’honneur et si vous vous demandez comment cuisiner ces grandes quantités de feuilles vertes, rien de plus facile. Dans le cas du chou frisé: plus c’est facile, plus la recette sera bonne, pratique non? Par exemple: coupez le chou frisé en lamelles et faites revenir 5-10min dans un wok avec de l’huile d’olive, des oignons, carottes, sauce soja, sel, curcuma, cumin, poivre et c’est prêt! Mélangez avec du quinoa (ou du riz) que vous avez précuit et vous avez un repas complet et délicieux.

Ensuite, nous avons les poireaux et leurs fondues inoubliables, les pommes de terre car rien n’est plus réchauffant qu’une purée onctueuse, des tonnes de variétés de salades (roquette, cresson, laitue, frisée, etc.), des épinards à manger crus en salade ou à faire tremper quelques minutes dans l’eau bouillante pour les manger cuits, des prunes juteuses, pommes et poires. Bref, ces aliments sont pour la plupart crémeux, rassurants, sucrés, nourrissants et lourds. D’un point de vue énergétique, cette lourdeur est exactement ce que nous cherchons pour contrebalancer la légèreté de l’automne : cette légèreté est incarnée par le vent, la fraîcheur, l’anxiété ou la tristesse qui menacent.

Cocoonez sans culpabiliser

Par où commencer ? Par s’écouter, peut-être, tout simplement. Nous avons envie de passer plus de temps chez nous ? À repenser la décoration intérieure ou à savourer le spectacle d’un bon feu de cheminée ? Rien de plus normal ! L’automne est la saison de l’intériorisation et des bilans – le temps du bien-nommé cocooning – et nous pouvons nous y laisser aller sans culpabiliser. Dans le Tao, l’automne est la saison où l’on engrange les bienfaits de l’été et où l’on range, où l’on organise tout, y compris son chez-soi intérieur, rappelle Laurent Berthelot, diplômé de shiatsu. Alors prenons le temps de regarder notre propre « grange » et de faire notre bilan. Cela nous permettra de passer l’hiver en toute quiétude et de savoir profiter d’une vie moins active.

Profitez des journées pluvieuses pour faire le tri

Tout comme le printemps, l’automne est une période de transition qui peut parfois être difficile, pleine d’obstacles et cahoteuse. Pour rendre le voyage plus facile, délestez-vous de ce qui vous alourdit, de ce qui prend trop de place ou qui vous n’est plus nécessaire. De plus, faire de la place dans notre vie et notre maison permet à une énergie nouvelle de venir s’installer.

Profitez donc en pour faire le tri dans vos placards de vêtements (et donner ceux que vous n’avez pas mis une seule fois dans les 6 derniers mois à une organisation caritative), dans vos placards de cuisine, dans votre bureau, votre salle de bains. Bref, autant d’endroits où la poussière et l’inutile ont tendance à s’accumuler. Ce qui augmente notre sensation d’être dépassés, débordés ou qui nous enlève toute envie de nouveauté et de créativité.

Continuez cependant à bouger, et pourquoi pas prépare votre jardin pour l’hiver et le printemps à venir…

Pas question de se couper des autres ou de rester tout le temps cloîtrer au chaud. L’idéal, au contraire, serait de privilégier toutes les activités qui nous ramènent à la terre afin de ne pas trop mentaliser, de ne pas rester exclusivement dans la réflexion. Cela nous permettra de rester en phase avec l’environnement qui nous entoure. Un exemple ? Le jardinage, auquel on ne pense pas forcément en cette période de l’année, mais qui se révèle utile et agréable, dans un coin du jardin ou sur son balcon. Il faudrait aussi veiller à ne pas trop se sédentariser, ni trop s’urbaniser. C’est le moment idéal, par exemple, pour renouer avec les traditionnelles promenades en famille le week-end. Plus calme et moins centrée sur soi que le jogging, la marche permet de conserver une certaine hygiène de vie, tout en nous laissant le temps de respirer et de profiter de la nature.

Boostez votre système immunitaire

Nous le savons, le froid arrive et avec, notre système immunitaire semble fragilisé. Les rhumes, grippes, fatigues, dépressions saisonnières et autres maladies vont pointer leur nez. Voici une recette simple à reproduire tout au long des saisons froides:

Une infusion de gingembre frais (quelques lamelles) et de coriandre (en graines) est le remède idéal. Derrière cette infusion naturelle qui peut paraître très compliquée pour ceux qui n’ont pas l’habitude de se soigner naturellement, il y a un moyen très simple, facile et économique de vous soigner et de renforcer vos défenses immunitaires. Sans médicament, sans produits chimiques, sans être déconnecté de votre pouvoir de guérison naturel.

Achetez un bout de gingembre en magasin ainsi que des graines de coriandre (vendues en pot au rayon épices). Faites bouillir de l’eau puis éteignez le feu quand l’eau bout. A ce moment, coupez quelques fines lamelles de gingembre, prenez quelques graines de coriandre et jetez le tout dans l’eau. 10 à 15 minutes après, c’est prêt à servir! Et vous pouvez rajouter le jus d’un demi-citron et/ou du miel pour donner du goût (et des vitamines au tout). Bref, idéal pour vous réveiller, vous poser au retour du travail ou à siroter devant votre film du soir pendant l’automne et l’hiver, lorsque le besoin se fait sentir.

Et pour soulager et guérir naturellement la toux et la fièvre déjà installées: hachez ensemble 1 part de poivre long, 2 parts de gingembre et 3 parts de graines de coriandre. Mettre le tout à bouillir dans l’équivalent de 8 tasses d’eau, laissez bouillir jusqu’à ce que le tout réduise de moitié (soit environ 4 tasses de liquide). Conservez votre préparation et buvez la pendant 3 jours (matin et soir).

Calmez votre anxiété avec des expirations plus longues

La respiration consciente et complète est une façon très facile et puissante de se faire du bien et de revenir au moment présent. On considère que l’expire à des caractéristiques plus terrestres, plus lourdes. A l’inspire, on soutient la vie, la joie, alors qu’à l’expire on se pose et on se sent appartenir. C’est pendant l’expire que nous améliorons notre connexion à la Terre. Pendant l’automne, alors que Vata est en plein boom, nous avons tendance à rallonger nos inspires. En faisant cela, nous exagérons l’agitation mentale et cette fameuse sensation de virevolter dans les airs (ou d’être carrément emporté par une bourrasque) qui peut être désagréable. Réciproquement, en rallongeant et en ressentant davantage notre expire nous pouvons équilibrer ces sentiments. Avec de longs expire, nous stimulons le système nerveux parasympathique et calmons physiologiquement nos corps. En nous attardant sur la partie plus lourde de la respiration, nous accentuons le processus de relaxation.

La prochaine fois qu’une vague d’anxiété, de pensées négatives et dévalorisantes vient s’échouer sur votre esprit, essayez simplement de ressentir et d’allonger vos expire le temps de quelques minutes, le temps de vous sentir à nouveau fort et stable.

Si possible, évitez de prendre des antibiotiques

Vous le savez, les antibiotiques ce n’est toujours pas automatique. Les antibiotiques attaquent les bonnes bactéries qui se trouvent dans votre système digestif et dérèglent votre système immunitaire. Plus la durée de la prise est longue, plus votre corps subit des dérèglements importants.

Essayez une alternative naturelle d’abord avant de vous lancer dans une cure d’antibiotiques et si vous êtes obligé de les prendre, pensez à compenser avec des probiotiques de qualité qui protégeront votre flore intestinale.

Enfin, pensez capter l’énergie de l’automne

Et quelle nature ! Les couleurs sublimes des arbres, les promenades magiques en bord de mer, hors saison… Certes, il faut parfois se forcer à s’aventurer en extérieur quand le temps ne s’y prête pas, mais le spectacle et le bien-être seront à coup sûr au rendez-vous. « Allez vous promener dans les forêts aux couleurs magnifiques, nous invite Laurent Berthelot. Sentez les odeurs d’humus ou de champignons. Fermez les yeux et respirez à plein nez cette fraîcheur humide, bien différente mais tout aussi exaltante que la chaleur estivale. Cherchez à vous laisser affecter par ces sensations pour véritablement « vivre la saison ». Bien sûr, la nature est le milieu idéal pour sentir cette énergie saisonnière et s’en nourrir. Mais vous pouvez faire la même chose si vous vivez en milieu urbain, en essayant d’identifier toutes les sensations qui se dégagent d’une ville à l’automne ». Une occasion en or de découvrir – ou de redécouvrir – qu’il y a du bon dans chaque chose. Et surtout dans chaque saison.

Laisser un commentaire